Ronan Mancec

Photo : Elsa Amsallem

J’ai publié aux éditions Théâtrales les pièces Je viens je suis venu (lauréate des Journées de Lyon des auteurs de théâtre 2009), Il y aura quelque chose à manger, Azote et fertilisants, Avec Hélène et Tout l’amour que vous méritez, et des textes pour la jeunesse : Tithon et la fille du matin et Le noyau affinitaire. À paraître en 2020 : Le Gardien de mon frère et La Carte des routes et des royaumes. Elles ont été mises en scène ou en lecture par Elsa Amsallem, Bouèb, Thierry Bordereau, la Caravane Compagnie, Laure Fonvieille, Jean-Claude Gal, Cédric Gourmelon, ou le Théâtre Dû, ainsi que par de nombreuses troupes d’amateurs et groupes en ateliers. Elles ont été sélectionnées par Le bruit du monde revu(e) et des comités de lecture : Aneth, À mots découverts (Paris), le Panta théâtre (Caen), le théâtre de l’Ephémère (le Mans), les Lundis en coulisses (à Lyon et à Bruxelles), AficionAdos (au Québec)… Azote et fertilisants a été traduit et mis en espace en langue allemande (festival Primeurs), Tithon et la fille du matin traduit en anglais et joué en Allemagne.

Je réponds fréquemment à des commandes de textes de metteur·euse·s en scène. J’ai écrit à partir de collectes de témoignages, ce qui m’a amené à une réflexion sur les liens entre documentaire et fiction, notamment avec la Caravane Compagnie (Rennes), compagnie que j’ai créée avec d’autres et où j’ai œuvré de 2006 à 2012. C’est cela aussi qui m’intéresse dans la création sonore, domaine que j’explore en mettant en place des performances dans des lieux non dévolus au théâtre. Deux créations in situ dont j’ai écrit le texte voient le jour à partir de 2017 : Abri voyageur par Les Grands Moyens (spectacle de rue) et Carrière (Le Ciel ouvert) par l’Atelier des Possibles (dans des carrières d’extraction de pierre). Un second spectacle avec Elsa Amsallem et l’Atelier des Possibles, Jardin de nuit, pour un parc à la nuit tombée, s’écrit et se répète in situ cette saison-ci (dispositif Écrire pour la rue). Je développe aussi une écriture de plateau avec l’équipe de Laure Fonvieille – La Mort est dans la boîte ; pour notre nouvelle collaboration, le spectacle Le Cœur de l’hippocampe, je serai également sur scène (création 2020). Je fais partie de l’équipe d’auteurs et autrices de Follow Me, une expérience de poésie urbaine en live par SMS (Maud Jégard – cie Queen Mother).

Le Centre national du théâtre me décerne sa bourse d’encouragements en 2010, et l’aide à la création en 2013 pour Azote et fertilisants. J’obtiens une bourse du Centre national du livre en 2017. J’ai bénéficié du dispositif de compagnonnage d’auteur de la DRAC Bretagne ainsi que de plusieurs résidences d’écriture : Chartreuse-Centre national des écritures du spectacle (2018), Nuits de l’Enclave (CNL 2017), ADEC-Maison du théâtre amateur de Rennes (saison 2013-2014 ; à écouter ici, et le projet Par quatre chemins, ), deux résidences à l’année dans des lycées de Poitou-Charentes, Hypolipo en Auvergne… ainsi qu’au Rwanda à l’invitation de la compagnie rennaise À corps perdus (texte en cours d’écriture). Je m’intéresse au théâtre pour la jeunesse : avec le Studio européen des écritures pour le théâtre à la Chartreuse-CNES (2015), en résidence internationale d’écriture de théâtre jeune public au Québec (2015)… Je m’engage avec le théâtre du Pélican à Clermont-Ferrand (direction Jean-Claude Gal) sur les cycles « Nouvelles mythologies de la jeunesse » (2013-2017) et « Jeunesse et philosophie » (2017-2020).

J’anime des ateliers d’écriture auprès d’enfants, de scolaires, de jeunes décrochage, d’étudiant·e·s, mais également auprès de divers groupes d’adultes, amateurs de théâtre, détenu·e·s. Les projets scolaires, souvent en lycées d’enseignement professionnel, peuvent prendre la forme de créations sonores (lien vers mon Soundcloud).

Titulaire d’un master codirigé en études théâtrales et en anglais, je suis membre du comité anglophone de la Maison Antoine Vitez, Centre international de la traduction théâtrale. Ma traduction de 70* ans de fragments de l’autrice irlando-palestinienne Hannah Khalil est lauréate de l’aide à la traduction de la MAV en 2017 (accessible ici).  Sélectionnée par le Panta théâtre, elle est publiée (extraits et dossier) dans la revue des comités La Récolte (2019). J’ai notamment traduit en français des pièces de Duncan Macmillan (Toutes les choses géniales), Macmillan et Icke (1984 d’après George Orwell) et Annie Baker (Les Aliens). Ces trois pièces sont mises en scène en France en 2017 (par Arnaud Anckaert, Benjamin Guyot, Frédérique Mingant), avant des productions en Belgique et en Suisse. Un ensemble de courtes pièces du collectif britannique Theatre Uncut, traduites en collaboration, sont publiées en 2016 dans Le bruit du monde revu(e) au sein d’un dossier que je coordonne.

L’expérience autour de Theatre Uncut me conduit à monter avec Noëlle Keruzoré, Frédérique Mingant et Gaël Le Guillou-Castel un collectif basé à Rennes portant le projet Dans le vif, qui invite auteurs, autrices, artistes de théâtre et citoyen·ne·s à s’emparer de thèmes d’actualité (première édition en 2018). Le site Internet de Dans le vif se trouve ici.

Sur scène, je propose une lecture chantée de ma pièce Tithon et la fille du matin. Je suis chanteur dans l’ensemble professionnel Mze Shina – polyphonies de Géorgie ; le quatrième album du groupe, Odoïa, est disponible chez Buda Musique / Universal depuis décembre 2017 et nous tournons le spectacle du même nom (toutes nos dates).

Pour me contacter, laissez-moi un e-mail : ronanmancec [at] yahoo.fr