Il y aura quelque chose à manger

Photo : Ronan Mancec
Photo : Ronan Mancec

« Le mari d’Aline va ouvrir une bouteille de vin jaune
Un petit vin du Jura
Ce sera la seule bouteille de l’après-midi
Ce sera café et eau plate
Bien après le vin jaune il y aura un digestif
Très tard quand les parents seront montés dans une chambre
Tombant de fatigue
Ils tomberont littéralement de fatigue les bras leur tomberont de fatigue le long du corps
Tout le monde leur dira bonsoir
Il ne restera plus grand monde et nous, nous serons repartis depuis longtemps »

Il y aura quelque chose à manger explore ce qui peut bien se dire lorsque, quittant un enterrement, on se retrouve en voiture, bien obligés de se mettre à parler. Sous des dehors légers, le naturalisme, l’humour, avec le minimum d’action et surtout pas de crise, ce texte parle de la cruauté d’être ensemble, le couple et l’amour, la politesse, les mécanismes de défense. Il parle d’être fidèle à soi-même et de se faire des lâchetés, de comment l’on se remet à rire. La pièce se fait une petite place entre le rire et les larmes, entre la gravité et la légèreté, entre les chips et le cercueil. C’est, du moins, mon ambition.

Ronan MancecCette pièce a fait l’objet d’une commande par la compagnie Réseau Lilas – Cédric Gourmelon. Elle bénéficie du dispositif d’aide au compagnonnage d’auteurs du Ministère de la culture et de la communication (DRAC Bretagne). Elle a été en partie écrite en résidence à Amathéa (Orcet, Puy-de-Dôme) et le comité de lecture du Panta Théâtre (Caen) l’a sélectionnée en 2013.

Création le 19 janvier 2012 à Rennes. Mise en scène Cédric Gourmelon. Avec Guillaume Cantillon, Nathalie Elain, Benjamin Guyot, Antoine Kahan.

Pièce publiée aux éditions Théâtrales.