Traduction

70* ans de fragments

Hannah Khalil (titre original : Scenes from 68* years)

Le texte est représenté par Curtis Brown, Londres. Texte anglais publié chez Methuen Drama (2016).

Pièce traduite à l’initiative et avec le soutien de la Maison Antoine Vitez, Centre international de la traduction théâtrale. Le descriptif détaillé de la pièce et la traduction sont accessibles ici.

Le texte prend racine dans l’année 1948 et la création de l’État d’Israël en Palestine sous mandat britannique, et voyage jusqu’à aujourd’hui. L’astérisque du titre invite à mettre à jour, à chaque utilisation de la pièce, le nombre d’années depuis le début de l’occupation israélienne. Chacun des fragments, de longueurs variées, met en lumière des personnages palestiniens pris dans leurs rêves, leurs frustrations, la drôlerie et la cruauté de leurs situations : hommes, femmes, enfants, personnes âgées, au travail, à domicile en train de dîner, civils ou militaires… Le désordre apparent de l’ensemble s’organise peu à peu en une armature de quelques fils conducteurs. On suit les péripéties de personnages récurrents le temps de quelques scènes : pique-nique sous l’œil de la police, retours dans des maisons spoliées, attentes interminables au checkpoint, communications malaisées sur Skype… La pièce procède par effet papillon, réminiscences et leitmotivs. S’immiscent aussi les bruits de la radio et de la télévision qui donnent les nouvelles de la situation géopolitique. Les fragments ont tous pour arrière-plan le déchirement du territoire, les vies et les familles séparées hier et aujourd’hui, et racontent la difficulté de vivre en paix avec soi et les autres.

Theatre Uncut

Les pièces courtes suivantes sont parues dans Le bruit du monde revu(e) n°4 en novembre 2016. Elles sont issues du projet britannique Theatre Uncut, qui interroge chaque année des auteurs de théâtre sur des sujets politiques d’actualité. Un dossier sur Theatre Uncut accompagne les textes dans la revue.

Opération à cœur ouvert de Laura Lomas, co-traduction avec Noëlle Keruzoré

Veuillez nous excuser qui que vous soyez de Ryan Craig, co-traduction avec Noëlle Keruzoré

Belle blonde de Hayley Squire, co-traduction avec Noëlle Keruzoré

Actions pour promouvoir la paix de Sarah Solemani, co-traduction avec Noëlle Keruzoré

Apathie de Chris Goode, traduit avec la complicité de Séverine Magois

Toutes les choses géniales

Duncan Macmillan avec la collaboration de Jonny Donahoe (titre original : Every Brilliant Thing)

Le texte est représenté dans les pays francophones par Renauld & Richardson en accord avec Casarotto Ramsay & Associates, Londres. Texte anglais publié chez Oberon Books, Londres (2015). Création 2016 par la compagnie 13/10èmes en Ut (en savoir plus), autres productions en cours (France, Belgique, Suisse).

L’homme qui vient nous raconter son histoire a 6 ans lorsque sa mère tente pour la première fois de mettre fin à ses jours.  L’enfant décide alors de faire, pour sa mère, la liste de toutes les choses géniales qui valent la peine de vivre. A travers l’histoire de cette liste – commencée, perdue, reprise, partagée, jetée, retrouvée – c’est une vie qui se déroule devant nous, avec ses plaisirs, ses combats, ses déboires, ses richesses, ses surprises.

1984

D’après George Orwell, adaptation scénique de Duncan Macmillan et Robert Icke

Le texte est représenté dans les pays francophones par Renauld & Richardson en accord avec la succession de George Orwell, Robert Icke, Duncan Macmillan, et Casarotto Ramsay & Associates, Londres. Texte anglais publié chez Oberon Books, Londres (2013). Cette traduction a fait l’objet d’une commande de Frédérique Mingant – compagnie 13/10èmes en Ut. Création 2017 (en savoir plus).

1984 est l’histoire d’une tentative de résistance à un totalitarisme mondial qui a mis au pas l’être humain sous tous ses aspects. Dans ce monde réversible, aucun être humain, aucune vérité, aucun mot que l’on emploie n’est fiable. L’adaptation scénique du roman de George Orwell pose la question de la vérité, de l’écriture de l’Histoire, de la révision du passé. Comment les fictions pourraient-elles dire la vérité ? Ne serait-il pas dans l’intérêt de Big Brother de nous faire croire qu’il n’existe plus ?

Les Aliens

Annie Baker (titre original : The Aliens)

Le texte est représenté par United Talent Agency. Texte anglais publié chez Theatre Communications Group, New-York, dans un recueil intitulé The Vermont Plays (2012). Cette traduction a fait l’objet d’une commande de Benjamin Guyot – compagnie Public Alea. Le comité de lecture du Panta Théâtre (Caen) l’a sélectionnée en 2013. Création 2017 (en savoir plus).

De nos jours, dans l’arrière-cour à l’abandon d’un café du Vermont aux Etats-Unis, deux trentenaires en marge initient un adolescent solitaire et mal dans sa peau à leur vision de la vie, faite d’un savant mélange d’oisiveté, de rébellion, d’aspiration artistique et de paradis artificiels. Annie Baker propose, avec cette pièce intimiste, sensible et impeccablement ciselée, une ode subtile à l’anti-conformisme, au partage et à l’amitié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *